Questions d'art

Le peintre  et la réalité

La question de la réalité paraît si simple puisqu’elle fait partie de ce qu’il y a de plus proche, de radical et d’immédiat sans aucune distance ni filtre ni mensonge. Mais comme le dit Heidegger dans Le Principe de raison :«...notre relation à ce qui nous est proche est depuis toujours émoussée et sans vigueur. Car le chemin des choses proches,pour nous autres hommes, est de tout temps le plus long, et pour cette raison le plusdifficile».Alors que vient faire un concept, une idée, un idéal, mais aussi une apparence,un phénomène, une représentation, un simulacre, une illusion dans toute cette réalité? Si l’on considère que l’art doit produire de la beauté, entendons que la réalité prosaïquee est abandonnée pour devenir intellectuel et sensible. Comme le pensait Platon, l’art est un voyage métaphysique hors du réel quotidien.Walter Benjamin commentantj ustement Baudelaire : « Dans quelque mesure que l'art vise le beau et si simplementmême qu'il le « rende », c'est du fond même des temps [...] qu'il le fait surgir» C'est d'une réalité fondamentale et cachée dont l'œuvre se fait le témoin.

 

  GERHARD RICHTER ( né en 1932 ) 

Il interroge bien sur l’art et questionne notre réalité, notre monde. Il travaille finalement le processus de la vision et est l’un des éclaireurs du regard expérimental. 

Il dit à propos de la peinture :« Je pense que tout le monde commence par observer des œuvres d'art et par vouloir faire pareil. Vous voulez comprendre ce que vous voyez, ce qui est là, et vous essayez de fabriquer un tableau de tout cela. Par la suite, vous réalisez que vous ne pouvez pas du tout représenter la réalité – que ce que vous faites ne représente rien d’autre que ce que c’est, et, par conséquent, c’est une réalité en soi » 

 

Le peintre d’aujourd’hui. Qui est-il? Il éprouve d’abord le besoin de se distancier du motif, de son sujet concret. Parce que l'idée même d'imitation ou de reproduction directe n'a plus de sens. Il se met à chercher des images, se les approprier jusqu’à l’éprouver par sa subjectivité et ses multiples sens de lecture. L’omniprésence de l’ère numérique fait du peintre, le créateur d’un réel virtuel par emprunt du réel dans le réel.Il peut se saisir de tous les motifs,bouleverser le réel jusqu’à les disséquer sur une table,il doit rester à mon sens, l’acte pictural.Cette main qui fait, qui traduit, qui traverse et renverse, qui glisse ou s’embourbe dans la matière, qui s’étale sur des murs ou sur des toiles. Le peintre peut être un geek, un héros de la main et un penseur.

Il dit à propos de la photographie : « La photo est l'image la plus parfaite qui existe ; elle ne change pas, elle est absolue, donc indépendante, inconditionnelle, sans style. C'est la raison pour laquelle elle a pour moi valeur de modèle par la manière dont elle relate et par ce qu'elle relate ». 

Questions of art

The painter and reality

 

 The question of the reality seems so simple since it is part of what there is of nearest, radical and immediate without no distance no filter or lie. But as the said Heidegger in the principle of reason: "…our relationship to what we is close has always been blunt and without force. Because the path of the things close to us other men, is any time the longer, and for this reason the more difficult ". Then just do a concept, an idea, a ideal, but also an appearance, a phenomenon, a representation, a sham, an illusion in this whole reality? If one considers that the art must produce the beauty, intend that the reality prosaic is abandoned to become intellectual and sensitive. As the thought Plato, art is a journey metaphysical outside of the real daily. Walter Benjamin commenting on precisely Baudelaire: "in any measure that the art aims the beautiful and if just the same that it the "make", it is the substance of the time […] that it the fact arise" is a fundamental reality and hidden whose work is done the witness. 

 

The Painter of today. Who is he? He is experiencing first the need to distance themselves from the ground, its concrete topic. Because the idea of imitation or direct reproduction has no more sense. He starts to search for images, appropriates them up to the test by its subjectivity and its multiple sense of reading. The ubiquity of the digital era fact of the painter, the creator of a real virtual by borrowing of the real in the real. It can seize all of the grounds to upset the real up to dissect them on a table, it must remain in my sense, the Act pictorial. This hand that fact, which translated, which crosses and reversed,  that slides or bogged down in the matter, which is spread on walls or on canvases.

The painter may be a geek, a hero of the hand and a thinker. 

GERHARD Richter ( BORN IN 1932 ) 

It queries well on the art andquestioned our reality, our world. It works Finally the process of vision and is the one of the lights of the next experimental. 

He said about the painting : "I think that the whole world begins by observe of works of art and by wanting to do the same. You want to understand what you seewhat is there, and you try to make a table of all thisSubsequentlyyou realize that you can not at all represent the reality - that what you do is nothing other than what it is, and, thereforeit is a reality in itself" 

He said about the photograph: "The photo is the image the most perfect which existsit does not change, it is absolutetherefore independentunconditionalwithout style. This is the reason for which it has for me value of model by the manner in which she recounts and by what it tells".